Pourquoi un comité de soutien?

Depuis Noël, la famille est aussi active que déterminée, mais avec vous tous, nous irons plus loin.

 

La France nous dit qu’elle fait le maximum, le Mali nous dit qu’il fait le maximum, nous les remercions pour cela et nous restons en alerte, à leur disposition, pour aider sans interférer dans leurs actions.

 

Il faut toutefois se rendre à Paris, au Mali ou dans un pays limitrophe, à tout moment, pour rencontrer le procureur, un membre du gouvernement, un média. Organiser, anticiper, être dans l’initiative, car à tout moment, Sophie peut nous entendre et cela peut l’aider à ne pas sombrer.

 

Ensemble, libérons Sophie.